#Crowdfunding Force du partage et crowdfunding

Ironsky le film - l'affiche sélectionnée

 

" La démonstration de la force du partage et du potentiel qu’offre la constitution d’une communauté créative et collaborative autour  d’un film. "

 

Témoignage de l’équipe d’Iron Sky

Ce qui rend original Iron Sky est notre relation avec nos  fans et notre implication dans les échanges avec eux sur les réseaux sociaux.

Notre communauté nous a aidé à bien des égards, elle nous a fourni des idées et plus encore à travers la plateforme Wreckamovie, elle nous a aider à financer le film, soit en achetant dans la boutique ou en investissant.

Ce soutien, cette relation développée n’est pas un moyen de nous mettre en valeur.  Elle est essentielle, en sachant que plus d’internautes nous soutiendront, plus nous aurons la possibilité de faire le film que l’on souhaite.

Que nous apporte le partage ?

Les gens même s’ils n’ont pas d’argent peuvent nous aider. Ils peuvent faire quelque chose qui peuvent leur paraître inutile, mais qui est très important. Partager est facile et gratuit.

Quand on poste quelque chose d’intéressant sur notre blog, notre site web ou encore sur  facebook et Youtube ! N’hésitez pas à le partager avec vos amis, vous nous rendrez service.

Pourquoi est-ce si important ? En quoi cela peut nous aider que quelqu’un qui nous connaisse à peine publie notre « post » ou notre vidéo ?

La chose est simple : la publicité est vitale pour les projets indépendants, qui ne peuvent évidemment pas investir de grosses sommes d’argent dans la communication.

Quand les gens pensent publicité, ils imaginent tout de suite les publicités qui rassemblent les gens dans les salles taillés d’ailleurs pour les films de studio.

Ces films sont annoncés quand ils sont terminés avec l’appui d’un studio qui consacre quelques millions d’euros dans la commercialisation.

Cette stratégie fonctionne très mal pour les films indépendants. Les cinéastes indépendants ont besoin d’une bonne réputation et d’attirer l’attention dès le moment où ils commencent à faire le film, pour ensuite avec l’image positive pouvoir se valoriser et se vendre aux producteurs,

Le réalisateur doit convaincre ces gens que l'idée est viable,  qu’elle a du potentiel et qu’il y a des gens intéressés pour lui (qu’il y a un marché, un public en somme). Pour chaque Paranormal Activity, il y a des dizaines de films qui ne reçoivent pas suffisamment d'attention.  C’est en partie pour cette raison, que des films indépendants semblent prendre des siècles pour s’achever.

Donc, pour des projets comme Derniers remords avant l'oubli, il ne s’agit pas seulement de pouvoir toucher un grand nombre de téléspectateurs potentiels, mais au-delà, dans la phase de production, c’est littéralement un actif qui sert à sécuriser les ressources et offre la liberté de faire le film que nous voulons.

 

Un projet de la taille d’Iron Sky ne peut pas être financé uniquement par les spectateurs et les investisseurs privés (particuliers), même si les deux sont des sources de financement extrêmement important surtout au début ( le fameux love money qui sert souvent de pompe d’amorçage). Les projets de cette ampleur doivent négocier et coopérer avec la partie commerciale de l’industrie audiovisuelle et parvenir à une alliance fructueuse, même si nous avons loin d’avoir la même vision et le même discours. 

 

Les distributeurs, investisseurs et professionnels du cinéma sont vraiment intéressés par l’accueil, la communauté  construite autour du film. Lorsque vous négociez avec eux, l’ensemble des chiffres, nombres de visites de la page web, fans sur Facebook, ou nombres de demande de visionnage du film deviennent souvent le meilleur outil de discussion. Ils permettent de discuter dans une meilleure position, nous permettant de s’appuyer sur ces premiers succès.

C'est aussi une question d'intégrité artistique: Plus l’attention sera grande autour du film, moins il y aura de possibilités d’exigences de changement pour rendre le film commercialement plus viable.
Quand il s'agit de films indépendants ... Partager c’est vouloir. Alors agis et rejoins-nous pour nous aider à financer une nouvelle forme de cinéma.

Pour conclure, rejoins-nous pour bâtir une nouvelle forme de cinéma : un cinéma par des fans pour les fans ... Avec les fans!

Article original: sur le blog

Pour suivre les aventures du film, compte twitter

 

".Là où intervient une nouvelle fois  le sentiment d’appartenance et l’univers narratif ?

« Le succès demande plus qu’une grande communauté, mais aussi de la crédibilité et de l’authenticité, une relation avec l’artiste » Robert Pratten, fondateur de « Transmedia Storyteller » et consultant transmedia, abordait ce sujet lors de sa présentation sur l’application des concepts transmedia au monde de la musique.

En construisant un univers narratif pour le film, c’est là où les membres de Riot Cinéma collective ont réussi ;

 

Sans sentiment d’appartenance, il est très difficile de créer une communauté.

Ces deux projets n’ont pas eu peur de s’appuyer sur leur public, et cela leur a réussi. Les membres de Riot Cinéma Collective, en choisissant toujours l’innovation et la recherche, se sont mis en accord avec leur volonté affichée de vouloir provoquer une révolution dans la production audiovisuelle. Ils n’ont pas hésité à partager, commenter les décisions qu’ils ont pu prendre avec la communauté et faire vivre les réussites comme les échecs, amenant le public à s’impliquer. Quant à Iron Sky, il nous montre que l’on peut réussir à se libérer en faisant confiance à la communauté.

 

0 Commentaire

Laissez une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*