Comment attirer les investisseurs

Pourquoi investir dans le crowdfunding ?

Crowdfunding : investissement direct

Pour les comprendre, il faut comprendre les différents types d’investissements et à quels niveaux ils interviennent. Comprend quelle est la la personne qui a le lead et le pouvoir de décision.

Comprendre les investisseurs - Jean de la Rochebrochars, Partner chez Kima Ventures

Définition

L’investissement en capital, Equity ou encore,  crowdinvesting permet à des particuliers de devenir actionnaires d’une entreprise. En achetant des parts dans une société, via les plateformes, ils apportent les fonds nécessaires pour son lancement. La rémunération de ces investisseurs dépend des bénéfices réalisés par cette nouvelle société et des dividendes qui en découlent. Ce modèle est particulièrement adapté au lancement de start-ups.

Plus value :

Il propose aux internautes de devenir actionnaire, de s’impliquer directement tant par l’argent injecté que par la mise à profit de leur expertise, leur expérience et leur réseau. Les entreprises sont sélectionnées en amont et les particuliers investisseurs se rassemblent pour former une holding et essayer ensuite de parler d’une seule voix.

Pour en savoir plus sur le parcours de financement

Investir dans le crowdfunding – financement de Start-up

Bien investir

Le crowdequity ou financement participatif en investissement direct, contrairement au marché boursier, privilégie des rapports ouverts et privilégiés entre le chef d'entreprise et les investisseurs. Si le dirigeant possède une solide expérience dans la branche dans laquelle il souhaite investir et qu'il est entouré d'une équipe aux compétences adaptées, les chances de succès deviennent importantes.

Analyser le marché

Deuxième étape : comprendre l'offre de l'entreprise et sa clientèle. Posez les bonnes questions : combien d'acheteurs potentiels existent-ils ? Qui sont les concurrents ? Le marché est-il encore récent ou déjà trop saturé pour le produit vendu ?

Investir - Savoir à quoi sert son argent

Vous êtes prêt à accompagner une société en investissant votre argent ? Avant de franchir le pas, demandez-vous à quoi serviront les fonds investis dans l'entreprise. Plus ils auront un impact positif sur le chiffre d'affaires, plus vite la société atteindra son seuil de rentabilité.

Comment récupérer sa mise

Vous n'êtes pas encore entré au capital de la société, vous n'avez pas encore investi, mais il faut déjà se poser la question. En général, dans un horizon de cinq à sept ans après l'achat de vos actions, vous pouvez les revendre à l'entrepreneur, à un autre actionnaire de l'entreprise ou encore à un repreneur (fonds d'investissement, industriel ou grand groupe).

Pour en savoir plus et bien investir, je vous conseille le livre de Fabien Raynaud. 

#INTERVIEW – Startup : J’y vais, J’y vais pas / Le guide du parfait Business Angel

 

Bien investir

Afin de sécuriser l’opération, il est absolument nécessaire de passer par des sociétés spécialisées dans ce type d'opérations et qui font office de plateforme d’intermédiation et de filtres entre prêteurs et emprunteurs. Et donc attention aux arnaques qui pullulent sur le web. Il est indispensable de passer par des sociétés agrées par l’autorité du contrôle prudentiel, géré par l’Orias en tant qu’intermédiaire en financement participatif (IFP), statut créé par l’ordonnance du 30 mai 2014. En tant qu’IFP, les plateformes de prêts doivent souscrire une assurance de responsabilité civile professionnelle, organe de la banque de France. Pour vous assurer qu’un organisme est agréé vous pouvez consulter Regafi, le registre des agents financiers de la banque de France, ou vous approcher de l'Autorité des Marchés Financiers.

Si la plateforme encaisse des fonds, elle doit être agréée a minima en qualité d’établissement de paiement (EP) par l’ACPR (Autorité de contrôle prudentiel et de résolution) ou être enregistrée en tant qu’agent de prestataire de services de paiement (APSP).

Mais même si le secteur est de plus en plus réglementé que cela soit en France grâce notamment aux nouvelles mesures du gouvernement et à la mobilisation d'Emmanuel Macron pour ces enjeux ou aux Etats-unis, avec les règles de base fixées par la SEC (Securities and Exchange Commission), le gendarme de la Bourse américaine, des dérives demeurent.

Des escroqueries avérées ont été signalées par l'association Financement Participatif France . Il s’agit de deux fausses plateformes : « crowd-partners.com » et « france-eco.net ». Pour rappel, les plateformes de financement participatif ne sont pas autorisées à faire de démarchage.

Panorama des plateformes d'investissement

 

1 Anaxago

Date de création : 2012
Taux de commission : 5 % + frais de gestion annuels 5.000 euros

 

L'une des plates-formes à la plus forte notoriété, qui attire beaucoup de dossiers. Ne sont retenus que les projets à très haut potentiel de croissance. Dans la moitié des cas, l'opération (minimum 250.000 euros) s'inscrit dans un tour de table où s'invitent d'autres investisseurs.

 

2 - Raizers

Date de création : 2014

 

Nouvelle venue, la plate-forme franco-suisse présente des projets à des investisseurs des deux côtés des Alpes. Elle examine des dossiers à partir de 50.000 euros dans tous les secteurs, avec une préférence pour le B to C. Pas de holding intermédiaire, les investisseurs prennent des parts directement dans les entreprises.

3 - Wiseed

Date de création : 2008

Pionnière, son point fort est de réunir une vaste communauté de 59.000 investisseurs particuliers. Parmi les 103 projets financés depuis sa création, une majorité de start-up dans la santé, la biotech, la cleantech et le développement durable. Opérations à partir de 100.000 euros.

 

4 - Smartangels

Date de création : 2012

Taux de commission : entre 1 et 5,8 %

Elle ne propose pas de holding intermédiaire regroupant les investisseurs. Le particulier investit directement dans l'entreprise de son choix. Ce qui permet à SmartAngels de pratiquer un taux de commission plus bas que la moyenne.

 

5 - Sowefund

Date de création : 2014

Elle vise des entreprises innovantes de moins de sept ans ayant déjà l'appui de fonds d'entrepreneurs ou de réseaux de business angels. Les projets de B to C sont privilégiés. Levée de fonds minimum : 150.000 euros. Présidée par Georges Viglietti, l'ancien dirigeant du réseau Paris Business Angels

 

Créer une plateforme de crowdfunding facilement