Sélection : collège d’experts ou internautes ?

Bonjour à Toutes et à tous,

Je me permets de vous interpeller sur quelques questions et d'ouvrir le débat.

Pourquoi les sites communautaires apparaissent toujours démagogiques ? Y-a-t-il forcément un risque de démagogie en permettant aux internautes de sélectionner les projets ?

J'attire votre attention sur ces questions, car je souhaite rebondir sur un certain nombre d'affirmations d'acteurs culturels ou de prescripteurs mettant en avant le risque d'un choix populaire au détriment de la pertinence artistique. Ils soulèvent justement ou non (est-ce de la peur ?) le fait que la profondeur d'une démarche artistique est souvent éloigné de l'intérêt des amateurs d'art. Il est vrai que lorsque l'on s'attarde quelques instants sur l'histoire de l'art, peu d'artistes de grandes valeurs ont été reconnu de leur temps.

Pour autant, aujourd'hui les internautes ne sont-ils pas seuls capables de déterminer la pertinence et la sincérité d'une démarche artistique ?
Un internaute n'a t-il pas assez d'informations, de clefs de compréhension, de culture pour faire la différence,  et si ce n'est pas le cas, comment l'y aider ?

Passer par une sélection de professionnels, d'experts, de producteurs, pour ne pas les nommer, est-il une condition sine qua non pour valider un projet, pour légitimer cette démarche de sollicitation de fonds.
Pourquoi est-il si difficile d'imaginer aujourd'hui qu'un artiste puisse émerger, naître, sans avoir été découvert par un producteur ou un galeriste..

En clair, donner le pouvoir aux internautes, est-ce nécessairement l'appauvrissement de la qualité artistique, ou l'arrivée d'une nouvelle vague de créateurs ?

J'aimerais connaître votre sentiment par rapport à ces questions...

Au plaisir de vous lire

Nicolas Dehorter

4 Commentaires

  1. SD 20 janvier 2010 Répondre

    Hélas dans ce milieu ce sont les galeries et le marché de l’art qui dictent leurs lois. Ce sont des mileiux d’argent donc de business.
    Parce que l’argent est leur seul maitre qui amène à une valeur, à une cotation, à une reconnaissance.
    De plus la démarche artistique intéresse peu de monde.
    Un choix populaire ne permettrait pas à un artiste d’évoluer dans ces milieux et au contraire pourrait le desservir. C’est un choix à faire.
    Personnellement j’expose et je vend dans des galeries d’art accessible sur Paris ou province j’en suis satisfait mais cela me ferme la porte à l’accès à des galeries plus élitistes et importantes. Les lieux dans lequel ont expose détermminent le parcours artistique. Etre un peintre populaire repéré par internet n’est qu’un feu de paille qui ne permettra pas de construire une carrière réelle.

    • monartiste 20 janvier 2010 Répondre

      Merci de votre contribution.
      Effectivement dans le marché de l’art, l’argent est roi !
      Peut-on faire évoluer les choses ?
      Je ne sais pas…mais l’on peut s’engager à notre échelle à établir de nouvelles relations plus humaines.
      Nicolas

  2. SD 20 janvier 2010 Répondre

    Hélas dans ce milieu ce sont les galeries et le marché de l’art qui dictent leurs lois. Ce sont des mileiux d’argent donc de business.
    Parce que l’argent est leur seul maitre qui amène à une valeur, à une cotation, à une reconnaissance.
    De plus la démarche artistique intéresse peu de monde.
    Un choix populaire ne permettrait pas à un artiste d’évoluer dans ces milieux et au contraire pourrait le desservir. C’est un choix à faire.
    Personnellement j’expose et je vend dans des galeries d’art accessible sur Paris ou province j’en suis satisfait mais cela me ferme la porte à l’accès à des galeries plus élitistes et importantes. Les lieux dans lequel ont expose détermminent le parcours artistique. Etre un peintre populaire repéré par internet n’est qu’un feu de paille qui ne permettra pas de construire une carrière réelle.

    • monartiste 20 janvier 2010 Répondre

      Merci de votre contribution.
      Effectivement dans le marché de l’art, l’argent est roi !
      Peut-on faire évoluer les choses ?
      Je ne sais pas…mais l’on peut s’engager à notre échelle à établir de nouvelles relations plus humaines.
      Nicolas

Laissez une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*