Retour sur l’arrivée des sites de financement participatif 2e partie

Trois acteurs se partagent déjà l'essentiel de ce marché français qui, s’il reste encore limité, ne cesse de croître et bouscule la production musicale traditionnelle :

www.mymajorcompany.com, a été lancé en décembre 2007. Le site ne cesse de se développer. Il est devenu le premier acteur. Racheté quelques millions d’euros, c’est le poids lourd
Petit résumé de son fonctionnement…

le site sélectionne des artistes et propose aux internautes de les produire en achetant des parts de 10€. Le budget pour produire ces artistes était jusqu' alors de 70 000€ mais vient désormais de passer à 100 000€. Une fois le budget atteint, le site passe à la deuxième étape et s'occupe de l'enregistrement de l'album. La dernière étape concerne la distribution et la promotion de l'album où l'internaute est totalement impliqué puisqu'il touche des royalties si le disque se vend bien...
Evidemment, l’intérêt pour les producteurs est double, non seulement il limite les risques de lancement (je dirais même que 100 000 € pour financer un jeune artiste c’est énorme, je soupçonne qu’ils en profitent juste un petit peu). Autre intérêt, c’est l’outil médiatique et de communication que représente ce mode de financement. Grégoire n’était pas présenté comme un jeune chanteur (plein de talents ?) qui sortait son album, mais avant tout comme le premier artiste financé par des particuliers, ses chansons passant au second plan…
Aujourd’hui le plus dur pour les producteurs de Mymajorcompany est de réitérer « le miracle » de Grégoire et de démontrer justement aux détracteurs que cela n’en était pas un.

http://www.spidart.com/

...d’inspiration anglais, créé en octobre 2007 est le premier label à impliquer les internautes dans la production musicale. C’est tout de même 450 000 collectés à travers la plateforme, 700 artistes et plus de 10 000 contributeurs et eux aussi ont leur succès, leur « tête de gondole » personnifié par MattRach, jeune français de 18 ans prodige de la guitare, produit en une semaine sur le site.

http://www.buzzmyband.com/

Anciennement Nomajormusik
Ce site qui est entrain d’évoluer et s’est associé avec la non moins célèbre société Endémol productrice de la star Academy pendant 8 ans sur TF1, pour adapter le concept (c’est vrai que cela serait une trop grande perte pour la création artistique de l’abandonner) sur le net sous un autre nom et sous forme de série.
Jusqu’alors, ils n’invitaient les internautes qu’à financer les singles de leur artiste diffusés uniquement sur Internet, permettant, de fait, de diminuer considérablement les coûts de production. Ainsi un artiste réunissant 3000 € de contributions pouvait voir produit et distribué son titre, au lieu des 100 000 € de Mymajorcompany ou des 50 000 € de spidart.
Je ne cite qu’eux, mais il y en a d’autres sur un domaine en perpétuelle évolution comme Fairtrade music, label musicale également participatif et équitable. Il y a également Kisskissbankbank, nouvel arrivée, qui va souhaiter bousculer la hiérarchie avec sa puissance financière, un fond d’investissement a investi près de 750 000 €. Ces derniers se positionnent différemment en proposant de financer des artistes confirmés et ont comme objectif non dissimulé d’étendre le modèle économique de Mymajorcompany à d’autres industries culturelles comme le cinéma et les jeux video

1 Commentaire

  1. CABON Mikaël 26 janvier 2010 Répondre

    On trouve désormais cette possibilité pour le domaine de la BD également.
    MC
    http://www.mikael-cabon.com/2010/01/26/financement-participatif-quand-co-financer-une-oeuvre-devient-un-business/

Laissez une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*