Les fondamentaux du crowdfunding - avant de se lancer

Vous trouverez les réponses à vos questions

Afin de fixer le montant cible de la demande de financement, gardez à l'esprit que le crowdfunding fonctionne avec la règle du tout ou rien : Si vous atteignez ou si vous dépassez votre objectif, vous récupérerez vos contributions comme prévu. Si par contre vous échouez, vos contributeurs seront automatiquement remboursés. Conclusion, la clé de cette aventure est de bien fixer le montant de votre collecte.

Pour fixer cet objectif, listez et chiffrez les différentes dépenses liées à votre projet. Soyez précis, transparent et surtout arrêtez vous au minimum vital. N'oubliez pas que la règle vous autorise toujours à dépasser le montant fixé.

Le montant demandé dépendra des besoins de financement et du capital social disponible. Il peut-être partiel et compléter un plan de financement plus large.  

Il faut à la fois bien définir ses besoins tout en les mettant en perspective avec le réseau et le nombre de personnes que l’on pourra toucher et dont on espère la participation à cette aventure collective. Le soutien viendra initiale- ment essentiellement des proches, de ceux qui connaissent le porteur de projet et lui font déjà confiance. Il faut avoir à l’esprit que les plus belles réussites ont été possibles parce que les porteurs de projets avaient soit déjà une certaine reconnaissance de la profession ou une communauté sur laquelle s’appuyer.

Les fondamentaux

Toutes les réponses à toutes vos questions

Ce sont les créateurs de projets qui décident des contreparties qu’ils proposeront en échange des contributions des internautes. Elles sont délivrées une fois la collecte de fonds réussie.

Les projets avec une vidéo ont une probabilité d’atteindre leur objectif beaucoup plus importante (on parle de 5 à 10 fois plus).

Les vidéos montrent que vous êtes une vraie personne, crédible et digne de confiance. Une vidéo incite les visiteurs et dynamise la campagne.  Une bonne vidéo donne envie de mieux vous connaître et s’intéresser à votre projet, il attire l’attention et surtout votre projet a beaucoup plus de chance d’être partagé et de toucher des inconnus, les gens s’ils ne vous connaissent pas du tout, ne prendront pas le temps de vous lire et de s’intéresser à votre ambition tandis qu’une vidéo  partagée sur les réseaux sociaux a beaucoup plus de chance d’atteindre son public.

N’hésitez pas aussi à créer plusieurs vidéos pour dynamiser la campagne, vous pouvez notamment partager les avancées de la campagne, l’atteinte de vos premiers objectifs ou encore l’avancée de votre projet.

De l’audace toujours de l’audace, rien que de l’audace, n’ayez pas peur d’être créatif, de donner envie, de montrer ce que vous savez faire, pas uniquement une simple vidéo d’interview, tentez l’animation, des voix off, montrer votre envie et votre enthousiasme.

La réussite d'un projet dépend également de la façon dont on le met en avant. Sur les différents sites de crowdfunding, il est très important de présenter un dossier de manière originale pour attirer les internautes. "Nous proposons un accompagnement de nos clients pour la maîtrise des outils informatiques. Il faut que leur projet donne envie avec, par exemple, une vidéo et de belles images". Les réseaux sociaux prennent également une part croissante dans la réussite d'un projet avec le buzz qu'ils peuvent créer. Les premiers contributeurs sont, en effet, souvent les amis, la famille et des connaissances. "Les gens viennent par les réseaux sociaux, par les amis d'amis qui ont partagés l'info sur leur mur Facebook. Finalement, de parfaits inconnus arrivent à prendre connaissance par hasard de votre projet".

Vidéo du projet : Si vous voulez être encore plus encore performant, prenez le temps de réaliser une vidéo de présentation ! Réalisez une vidéo plutôt courte (maximum 2 minutes) et gardez les vidéos plus longues pour la présentation détaillée. Présentez votre projet en précisant pourquoi vous organisez une collecte pour le financer. N'oubliez pas de mentionner qu'il y a des contreparties ! Appuyez bien sur les plus originales. Mettez votre collecte en scène. Soyez naturel et n'hésitez pas à vous amuser avec l'univers de votre projet ! Expliquez à vos futurs contributeurs quelle chance ils ont de partager avec vous la naissance de votre projet. Soyez enthousiaste, ambitieux et positif plutôt que de donner l'impression de faire la manche. Ainsi, vous donnerez envie

Vous souhaitez être accompagné pour toutes ces questions

Nous contacter
  • Pas de risque si le projet n'est pas collectivement soutenu (celui-ci n'est validé que sur la base d'un montant global atteint, qui est la somme des apports individuels.
  • Investissement dans des actifs non liés aux marchés financiers
  • Le projet étant « cofinancé » avec d'autres internautes investisseurs, il est (en principe) possible de suivre de manière transparente son évolution. Un risque existe néanmoins que le projet échoue après la collecte des fonds (sachant que le capital investi peut être faible, il est fixé par chaque participant)
  • Certaines plateformes de soutien aux startups mettent en place des outils de reporting permettant aux entreprises de donner des informations aux investisseurs ayant décidé de les soutenir.
  • Grande variété de contre-parties généralement corrélées au montant de l'investissement (intérêts, services, etc.)

Sachant, qu’il faut faire la différence entre juste une envie, une idée et un projet ; à travers un projet, on poursuit un objectif clair, concret, comme un album, un film ou un produit design. Un projet a une fin déterminée et l’on sait comment le réaliser et à quoi il va servir.  Attention !  A ne pas nous soumettre un projet trop personnel comme par exemple l’achat de votre maison ou encore l’obtention de votre permis de conduire. Nous vous invitons à contacter les établissements bancaires classiques ou des plateformes de micro-crédit (adie.org) ou prêts entre particulier comme hellomerci.com ou pret-dunion

Se remettre d’un échec n’est jamais facile mais la première étape est, comme lors d’un succès, de savoir en tirer les conclusions. Demandez-vous pourquoi vous n’avez pas atteint vos objectifs ou pourquoi vous n’avez pas réussi à embarquer votre réseau dans cette aventure. Prendre le temps de faire cette analyse vous permettra de ne pas refaire deux fois les mêmes erreurs car mener une campagne de financement participatif est tout un art, que l’on apprend à manier à force d’audace, mais aussi d’expérience.

Une campagne de don avec contreparties n’est pas incompatible avec une campagne en royalties, qui est également complémentaire à une campagne en prêt ou en capital. Mais est-ce vraiment envisageable de mener plusieurs campagnes pour un même projet ? Comment s’y prendre ?

 

Avec ses différents modes de financement et les plus de 170 plateformes existantes en France, le crowdfunding est devenu une vraie solution de financement pour les entreprises.

 

Complémentaire à des solutions plus classiques, comme les subventions et le prêt bancaire, sa diversité ne cesse d’augmenter et le recours au financement participatif peut désormais s’envisager à différents stades de développement d’un projet.

 

Le financement, tout un parcours

 

Le parcours classique commence souvent par les subventions et aides publiques ou privées, éventuellement complétées par du prêt d’honneur. Une entreprise dans le B2C qui a des produits intéressants à proposer en contreparties a tout intérêt à faire rapidement de la pré-vente en financement participatif pour valider l’intérêt de ses clients. Les contreparties ou la pré-vente peut en effet représenter une première étape intéressante pour se faire connaître et de commencer à mobiliser une communauté d’usagers.

 

Ensuite, il faut trouver les moyens d’augmenter ses fonds propres sans trop s’endetter ni diluer son capital trop vite. C’est à ce moment là que les levées de fonds en royalties sont intéressantes. Elles permettent d’aller voir son banquier avec plus d’arguments ou d’ouvrir son capital tout en ayant un meilleur pouvoir de négociation.

 

Enfin, le financement participatif en prêt peut venir répondre aux besoins de trésorerie d’une entreprise plus mature et dont les perspectives financières sont stabilisées.

 

En résumé, pour réussir son financement il faut maîtriser les différents dispositifs à activer au bon moment… et bien les articuler (à ce sujet, nous vous invitons à découvrir le parcours idéal de financement proposé par TBF).

 

Vous pouvez continuer et évaluer la pertinence des plateformes restantes vis-à-vis de votre projet en évaluant le taux de financement de votre catégorie, en suivant les étapes suivantes :

-        Prenez le nombre de projets dans votre catégorie.

-        Prenez le nombre de projets financés dans votre catégorie.

-        Réalisez le rapport projets financés par le nombre de projet.

Vous obtenez ainsi le taux de financement de votre catégorie. Plus ce taux est élevé, plus les chances de financement sont grandes. En effet, un indicateur élevé indique une forte affinité entre votre type de projet et la plateforme.

Le choix d’une plateforme de crowdfunding est capital. Si elle n’est pas adaptée à votre projet, vous ne pouvez tout simplement pas réussir. Sélectionner la plateforme idéale pour le financement de votre projet, c’est trouver la plateforme qui correspond à la nature de votre projet et au type de relation que vous souhaitez avoir avec la plateforme, les participants à votre projet et les transactions qui lui correspond.

Quelles sont les meilleures plateformes ?

Il n’y a pas de meilleure plateforme de crowdfunding à proprement parler. Pour se différencier, les sites se spécialisent. Ainsi certaines plateformes se veulent généralistes mais n’acceptent que les projets innovants, d’autre se tourneront vers les projets éco-responsables, sur les micro-crédits, les opérations de prêts… Nous sommes là pour vous aider à trouver la plateforme la plus adaptée à votre projet !

 

L’un des aspects les plus importants, mais assez peu entendu, ce sont les raisons qui poussent les internautes à participer ou à contribuer à un projet spécifique. « On n’est pas fidèle par fidélité, on n’est pas philanthrope par philanthropie. » Il peut y avoir plein de raisons de soutenir un projet :

1_ parce que j’aime réellement le sujet ou la personne qui le porte,
2 _soutenir ce projet  va me permettre de me rapprocher de cette personne
3_ l’engagement en faveur de projets de qualité, qui peuvent faire évoluer les mentalités, pour favoriser une prise de conscience.
4_ parce que 10 copains ont  déjà mis de l’argent et je n'ai pas envie d’être le 11ème à ne pas avoir contribué (et passer pour le radin de la bande).
Il y a donc plein de raisons pour lesquelles une personne va soutenir  un projet, mais autant si ce n’est plus, Il faut en avoir conscience, qu’il y a autant d’excuses de ne pas participer.

En tant que service de mise en relation entre les créateurs de projets et les internautes (modèle d'intermédiation), les plateformes perçoivent généralement une commission de 5% à 8 % sur les collectes de fonds réussies. Cette commission est facturée aux créateurs de projets.

Ils ne perçoit évidemment rien sur les collectes de fonds qui échouent. 3% de frais de transactions bancaires sécurisées viennent s'ajouter au 5%. Les frais pour le créateur de projet sont donc de 8% TTC du montant de sa collecte quand elle est réussie.

Toutes les personnes ayant plus de 18 ans peuvent remplir le formulaire, quelque soit sa nationalité ou son pays d’origine. L’inscription d’un projet est gratuite et le restera ( toujours !), nous pouvons l'espérer.

Réglementation

Que dit la loi en France ?

En savoir plus

Petite histoire du crowdfunding

Non, le crowdfunding n'est pas né avec internet, on fait appel à la puissance de la foule depuis très longtemps

En savoir plus

Les chiffres du crowdfunding

Les prévisions permettent d'imaginer le marché potentiel. Mais quels sont les chiffres en France et dans le monde.

En savoir plus