Crowdfunding : bien faire le choix de sa plateforme !

Quelle plateforme de crowdfunding choisir ?

Investir dans une PME ou dans une start-up grâce au crowdfunding est une pratique en vogue, et ce, du fait des avantages qui y sont liés. Seulement, face à la concurrence dans le secteur, et surtout compte tenu de la diversité des supports dédiés à ce type d’investissement, il importe de se poser certaines questions avant d’investir. Ainsi, serait-il opportun de se demander quelle plateforme choisir ?  Pour en avoir une idée précise, quelques critères seront abordés dans les lignes suivantes.

La plateforme de prêt participatif qu’est-ce que c’est ?

L’idée ici est de pourvoir choisir la meilleure plateforme en matière de crowdfunding. Pour cela, il importe de souligner quelques nuances. Ainsi, de manière simple, une plateforme de prêt participatif est un support permettant de présenter des projets, et est dotée d’un système de paiement. Seulement, pour choisir la meilleure de toutes celles qui existent sur le marché, il faudrait revoir cette approche, et l’étendre à d’autres modalités, même s’agissant de crowdfunding immobilier.

Dans cette logique, la bonne plateforme de prêt participatif est celle qui garantit au porteur de projet plus de chance d’obtenir le financement dont il a besoin. Un bon support de crowdfunding s’appréciera donc sur la base du nombre de projets ayant atteint leur objectif de collecte. C’est cette capacité d’une plateforme à bien fédérer sa communauté et à lui apporter plus de valeur ajoutée que ses concurrentes, qui la distingue, et la définit le mieux.

Vers quelle plateforme se tourner ?

Il existe à travers le monde des centaines de plateformes de prêt participatif, et des dizaines en France. Pour en choisir une, il importe pour le porteur de projet de considérer celle la plus à même de lui garantir un financement.  Il devra à cet effet considérer trois formes de crowdfunding à savoir : le don et contreparties, le crowdlending, l’equity-crowdfunding. Elles ont toutes des caractéristiques qui les distinguent les unes des autres, et des cibles diverses.

Le prêt participatif en don et contreparties pour les créateurs d’entreprise, sociétés, et porteurs de projet, s’adressent par exemple à un marché BtoC pour lancer les ventes. Le crowdlending quant à lui s’adresse aux PME, TPE, et aux grands groupes dont la réputation se fait grandissante, et qui bénéficient d’une bonne santé financière, en plus d’avoir une importante capacité d’endettement. L’equity-crowdfunding elle, est la forme de crowdfunding qui fait le mieux les affaires des starts-up dont le besoin de financement est orienté vers l’international. Plus de détails à ce sujet sur gataka.fr.

Par ailleurs, il faut dire qu’une plateforme peut être généraliste ou thématique. Le choix de l’une ou l’autre sera donc fonction du type de projet à financer. S’il est admis que l’idée est de collecter des fonds, il est tout de même nécessaire de ne pas occulter l’importance de la communication. Elle doit se rapporter au projet, être cohérente, afin que les valeurs de l’entreprise soit mise en avant.

Il faut pour cela que le porteur de projet choisisse une plateforme de crowdfunding prônant les mêmes valeurs idéologiques que sa société. En ce sens, un spécialiste de l’immobilier doit donc s’adresser à un support de prêt participatif spécialisé dans ce domaine, homunity par exemple. D’autres critères de choix seront en outre considérer.

 

 

Comment choisir sa plateforme ?

Pour choisir sa plateforme de prêt participatif, il est essentiel pour le porteur de projet de considérer des critères, perçus comme étant des gages de réalisation d’une bonne affaire. La première de ces modalités est sans doute la spécialité du support. Il s’agit ici de choisir entre une plateforme de crowdfunding généraliste, et une autre spécialisée dans un domaine précis, selon le projet à financer.

L’agrément est aussi un facteur à considérer avec sérieux. Il en existe trois à savoir : CIP (Conseiller en Investissement Participatif), IFP (Intermédiaire en Financement Participatif) et PSI (Prestataire de Services d’Investissement). L’expérience de la plateforme dans le domaine du prêt participatif compte aussi pour beaucoup.

Il faut également considérer le rendement dont le taux avoisine généralement 7 à 9% selon le support de financement choisi. Toutefois, il est à noter que le crowdfunding peut présenter un léger risque en l’espèce. Celui-ci se rapporte au taux de défaut qui peut aller au-delà de 9% avec certaines plateformes de prêt participatif. Pour cela, il est conseillé de vérifier l’indicateur de rendement annuel des prêts, déduction faite du taux de défaut, qu’est le TRI (Taux de Rendement Interne).

Enfin, des critères de choix à caractère techniques doivent aussi être pris en compte. Il s’agit de la qualité du tunnel de conversion de la plateforme, de sa capacité à permettre un référencement optimisé sur les moteurs de recherche, de sa réactivité et des paramètres comme la robustesse et le niveau de sécurité. Envie d’en savoir plus sur le crowdfunding ? Visitez argent et salaire qui partage toutes ses bonnes expériences du crowdfunding.

0 Commentaire

Laissez une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*